Le Bal Poussière

On m’a raconté cette belle histoire de bal poussière la nuit avant que je ne m’envole pour Ouagadougou. Un bal de brousse sonorisé. Des phares de camions comme éclairage. L’orchestre joue. Les gens dansent en farandole. La poussière monte. Ca dure des heures. C’est beau.

Le Bal Poussière,titre éponyme de l’album (Fatto In Casa, 2018), est aussi la chanson qu’on écrit à la fin, celle qui manque, celle qui l’emporte par un je-ne-sais-quoi, la dernière étape. La boucle du voyage. Rouler sa bosse. Cheminer. Ecrire en route ou de retour.

La chanson procède toujours d’une émotion, comme le poème. Un sentiment qui s’écrit et se met à chanter. C’est grave ou léger. Si la mélodie m’échappe je confie la musique à un compositeur. Il est guitariste (comme Berlioz). Il se nomme Hélio Politopoulos.

LE BAL POUSSIERE QUARTET :

Eric Sempé/guitares, Marc Peillon/contrebasse, Jean-Luc Danna/batterie, percussions, Jean-Luc Bruyas : chant

Un jour, longtemps après les premières lignes de la première chanson, la formation est prête à enregistrer. Il y a Jean-Luc Danna aux percussions, Marc Peillon à la contrebasse et Eric Sempé aux guitares. Lucien Massucco soigne le son dans le studio Fatto In Casa de Coaraze. C’est une ancienne chapelle requalifiée parfaite pour l’oreille chaude et acoustique que je souhaitais. Les musiciens sont précis, inventifs, entraînants. Tempo forgé ou caressant, contrebasse en velours, guitares mélodiques et lyriques. Jean-Luc l’indéfectible batteur , Marc qui timbre ma tessiture, et Eric par son sourire juste avant que je n’entre en mesure, me soutiennent. J’ai besoin d’eux pour en arriver là. Les chansons rentrent dans la boîte une à une. Parfois ça file tout seul, parfois ça résiste, parfois ça survient. L’album Le Bal Poussière prend corps. Lucien Massucco affine le mixage. Je suis tout oreille. Le contentement des musiciens me ravit. C’est un album de musiciens. Les premiers accueils publics sont chaleureux. Les gens ont envie de bouger

LE COMMANDUO

Serge Pesce/guitare accommodée acoustique, Jean-Luc Bruyas : chant

Dans cette version légère du Bal Poussière Serge Pesce fait un bout de chemin avec moi.

Ce duo fait suite au quartet (guitares, contrebasse, batterie et chants) de l’album édité par le label Fatto In Casa.

Serge Pesce s’est mis en tête il y a fort longtemps d’accommoder sa guitare à l’aide d’un archet, d’un dé à coudre d’une lame de ciseaux… et ce sera notre cinquième collaboration après le conte musical de Titine, la symphoniette pastorale de La maison de Joseph Delteil, le poème lyrique orchesté de Vivant  ! et un Oratorio pour une pierre qui roule (adapté du  «  Voyage de Gaëtano Batticuore  » Bruyas-Gros textes éditions)…

Commando Le bal Poussière

Commanduo

Ca aurait plû à mon père

qui fut militaire

et accordéoniste.

Salt’in banco. Saltimbanque. Littéralement sauter sur les planches.

La scène. On y connaît des choses qu’on ne rencontre pas ailleurs. La chanson sur scène. J’ai toujours pensé qu’il y avait là une forme de célébration plus ou moins profane avec la sensation bienheureuse d’un partage qui nous dépasse.

Découvrez, écoutez, achetez le disque du Bal Poussière en quartet sorti chez le label « Fatto In Casa » en 2018

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *